L'organisation du temps de travail du maître d'apprentissage lui-même est aussi amenée à évoluer. Il doit pouvoir se réserver des plages horaires spécifiques pour accompagner son apprenti, répondre à ses éventuelles questions, évaluer son travail en fin de séquence et assurer le suivi avec l'organisme de formation. La loi permet également de partager la fonction tutorale entre plusieurs personnes, l'une d'entre elles jouant le rôle de référent auprès de l'entreprise et du CFA. Cette solution permet de répartir la charge de travail apportée par l'apprenti. Elle fournit aussi à ce dernier l'occasion de multiplier les formateurs et donc les enseignements.

En résumé, garant de la formation pratique de l’apprenti, le maître d’apprentissage a pour mission essentielle d’aider le jeune dans l’acquisition des compétences nécessaires au métier visé, correspondant au diplôme ou titre préparé. 


Il veille aux bonnes conditions d’accueil et d’intégration de l’apprenti dans l’entreprise. 
Il est également responsable de son suivi et l’accompagne dans son projet professionnel tout au long de son parcours de formation, en lien avec le CFA.
Il participe aux rencontres organisées par le CFA et reçoit le tuteur école lors des visites en entreprise.

En effet même si l’entreprise n’est pas qu’un lieu de formation, c’est aussi un lieu de formation.

Dans cette dynamique, le maître d’apprentissage est quelqu’un qui s’intéresse profondément au travail de son apprenti, qui le fait avec lui, par lui.