• 1. Quels sont les avantages de l'alternance ?>
  • L’avantage primordial réside dans la combinaison d’un enseignement théorique à l’université avec une mise en œuvre concrète et parallèle des apprentissages dans l’entreprise. L’apprenti se prépare ainsi à son projet professionnel tout en s’immergeant dans l’environnement où s’exerce le métier. Il est confronté à des situations concrètes qui développent ses compétences :

    • Le comportement en équipe
    • L’initiative face aux aléas
    • La responsabilité de l’action
    • Les contraintes du réel

    De plus, la formation est rémunérée, et les frais pédagogiques sont pris en charge par l’employeur. Enfin l’employabilité à la sortie du parcours se vérifie chaque année par des taux d’intégration en CDI importants.

  • 2. Dois-je trouver moi-même l'entreprise qui va m'accueillir pour mon parcours en alternance ?>
  • Les CFA DIFCAM ont constitué un réseau d’entreprises partenaires au niveau régional  qui offrent des postes à pourvoir pour ce type de parcours lors de chaque rentrée universitaire.

    Mais vous pouvez toujours optimiser vos chances, en plus de cet avantage, en adoptant une démarche de prospection personnelle. C’est de toute façon une expérience utile.

  • 3. Suis-je accompagné dans l'entreprise pour bien apprendre le métier ?>
  • Les CFA DIFCAM s’inscrivent dans une forme de compagnonnage moderne : un maître d’apprentissage ou un tuteur est nommé dans l’entreprise d’accueil pour accompagner la montée en compétence de l’alternant.
    Un livret d’apprentissage numérique est proposé pour accompagner le parcours, via un référentiel d’activités qui favorise la préparation au métier.

  • 4. Y-a-t-il une embauche au bout du parcours en alternance ?>
  • La période d’alternance en entreprise est la meilleure période d’essai qui soit. Tout au long du parcours, l’apprenti et l’entreprise se découvrent. C’est une vraie politique d’embauche pour un établissement que de recourir au contrat d’alternance. L’embauche à l’issue de l’alternance est en général conditionnée par 2 critères :

    • obtenir son diplôme
    • avoir acquis les aptitudes et compétences liées au métier préparé

    Il n’y a bien sûr aucune obligation de part et d’autre, mais une volonté sous-jacente, y compris de l’alternant, ne serait qu’en reconnaissance de la contribution financière de l’entreprise à son parcours de formation.
    L’apprenti détient un avantage indéniable face à un candidat extérieur pour un même CDI à pourvoir.

  • 5. Sur les diplômes proposés par le CFA, y-a-t-il un examen final, ou est-ce du contrôle continu ?>
  • Tous les diplômes proposés par DIFCAM sont des diplômes reconnus de l’enseignement supérieur. Ils fonctionnent donc  tous sur le principe du contrôle continu, lequel récompense un travail régulier, et validé au fur et à mesure tout au long du parcours de formation.

  • 6. Suis-je payé lorsque je suis en formation au CFA ?>
  • Le contrat d’alternance globalise la période en Entreprise et au CFA. Il y a donc bien rémunération sur la totalité du temps de travail et de formation.

  • 7. Est-ce que j’ai des congés dans le cadre du contrat avec mon entreprise ?>
  • Le contrat d’alternance est un contrat de travail de droit commun. L’alternant bénéficie donc des 5 semaines de congé fixées par le code du travail, plus les compléments éventuels liés à la convention collective de l’entreprise et à ses dispositions spécifiques.

  • 8. Faut-il être mobile pour travailler dans la Banque-Assurance ?>
  • Indéniablement, la mobilité géographique est l’un des critères qui favorise une promotion de carrière dans le secteur de la banque-assurance. La plupart des acteurs du secteur ont des réseaux implantés régionalement, pour être au plus près des spécificités locales influençant les besoins des clients. La mobilité stimule l’ouverture d’esprit et la capacité d’adaptation.

    La pluralité des métiers permet une progression de carrière, en restant dans la même entreprise, mais sur des sites géographiques différents.

  • 9. Et pour faire carrière à l’international, la compétition est rude ?>
  • Nos parcours préparent en majeure partie aux métiers de la banque de détail. Après quelques années, une évolution peut permettre l’accès à une carrière internationale.
    Cela nécessite bien sûr de l’implication, une forte capacité de travail, la maîtrise d’une langue vivante et le souci de se former en permanence pour anticiper l’accès à l’étape suivante de sa carrière, éventuellement internationale.